L'artiste Edvard Munch et l'oeuvre d'art The Scream

L'oeuvre Le cri (The Scream), de l'artiste norvégien Edvard Munch, fait partite d'une série de peintures et lithographies expressionnistes. Edvard Munch (née le 12 décembre 1863 et décédé le 23 janvier 1944) est un important précurseur de l'art expressionniste.

Edvard Munch

Sa pièce la plus connue, The Scream (Le Cri), fait partie d'une série La Frise de la vie, dans laquelle Edvard Munch a exploré les thèmes de l'amour, la mort, la peur, la mélancolie et l'anxiété.

Le Cri (norvégien : "Skrik", créé en 1893-1910) est le titre d’une série de peintures et lithographies expressionnistes du peintre norvégien Edvard Munch, montrant une figure angoissée sous un ciel rouge sang. Le paysage en arrière-plan est le fjord d'Oslo, vu depuis la colline de Ekeberg, à Oslo (alors Kristiania), en Norvège.

Edvard Munch a créé plusieurs versions du Cri dans divers médias. Le musée Munch possède l'une des deux versions peintes (1910) et un pastel. La Galerie nationale de la Norvège détient l'autre version peinte. Une quatrième version, au pastel, est détenue par l’homme d’affaires norvégien Petter Olsen. Munch a également créé une lithographie de l'image en 1895.

The scream (Le Cri) a été la cible de plusieurs vols d'art de grande envergure. En 1994, la version de la National Gallery a été volée. Elle a été récupérée quelques mois plus tard. En 2004, Le Cri et la Madone ont été volés dans le musée Munch. Les deux tableaux ont été récupérés en 2006. Ils avaient subi des dégâts et ont été exposés à nouveau en mai 2008, après avoir subi une restauration.

Le titre original allemand donné à l'oeuvre de Munch a été Der Schrei der Natur (Le Cri de la Nature).

Le mot norvégien skrik est généralement traduit par crier, mais est apparenté avec le cri anglais. À l’occasion, la peinture a été appelée The Cry.

Dans une page dans son journal intitulé Nice 22.01.1892 Munch a ainsi décrit son inspiration pour l'image : Je marchais le long d'un chemin avec deux amis, le soleil se couchait, tout à coup le ciel est devenu rouge sang, me sentant épuisé, je m’arrêtai et me pencha sur la clôture, il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville, mes amis marchaient, et je restais là tremblant d'anxiété, et je sentais un cri infini qui passait à travers cette nature.

Une théorie a avancé pour expliquer le ciel rouge en arrière-plan que c'est Munch qui avait observé un effet de la puissante éruption volcanique du Krakatoa en 1883 : la cendre qui avait été éjectée du volcan a laissé le ciel teinté de rouge dans une grande partie de l'est des États-Unis et la plupart des pays d'Europe et d'Asie de la fin du mois de novembre 1883 à la mi-février de 1884. Cette explication a été contestée par les spécialistes qui notent que Munch était un peintre expressif, plutôt que descriptif, et n'était donc pas principalement sensibles au rendu dit littéral. Par ailleurs, il a été suggéré que le site où Munch a peint cette toile était à proximité à la fois d’un abattoir et d’une maison de fous ce qui pourrait peut-être avoir offert de l’inspiration à Munch.

La scène a été identifiée comme étant le point de vue offert à partir d'une route qui surplombe Oslo, le fjord d'Oslo et Hovedøya, de la colline d’Ekeberg.

Au moment où Edvard Munch peignait cette toile, sa sœur maniaco-dépressive, Laura Catherine, a été internée à l'hôpital psychiatrique au pied d’Ekeberg.

En 1978, Robert Rosenblum, spécialiste de l'oeuvre de Munch, a suggéré que l'étrange créature sans sexe dans le premier plan du tableau est probablement inspirée par une momie péruvienne, que Munch aurait pu voir à l'Exposition Universelle de 1889 à Paris. Cette momie, qui était accroupie dans une position fœtale avec ses mains aux côtés de son visage, a également frappé l'imagination de l'ami de Munch, Paul Gauguin : la momie était le modèle pour le personnage central dans sa peinture la misère humaine et pour la vieille femme à gauche dans sa peinture D’où venons-nous ? Que faisons-nous ? Où allons-nous? Plus récemment, un anthropologue italien a avancé que Munch aurait pu voir une momie au Musée d'histoire naturelle de Florence qui présente une ressemblance encore plus frappante à la peinture.

Article par : Arts3